Cels

De Wajdi Mouawad, Mise en scène de Oriol Broggi

Données
Du me 18.06.14 au di 27.07.14
Durée
2h 15min
Synopsis

Isolés dans un lieu secret, 5 personnes faisant partie d'une organisation internationale appelée Socrates, se consacrent à espionner les conversations téléphoniques et à parcourir le ciel pour tenter d'empêcher une attaque terroriste imminente. Cependant, lorsque l'un d'eux se suicide, le monde personnel de chacun commence à s'effondrer, tandis que l'histoire elle-même est remise en question : est-il possible que la beauté du monde et la poésie enfantent les démons de sa propre destruction ?

A propos de cet ouvrage, l'auteur a dit "pour pouvoir s'arracher les yeux il faut avoir vécu auparavant dans la cécité". Cels est la dernière œuvre de la tétralogie La Sang de les promesses, dont font partie Litoral, Incendis et Boscos.

Équipe artistique

Texte 
Wajdi Mouawad
Traduction 
Cristina Genebat
Mise en scène
Oriol Broggi

Avec
Xavier Boada
Màrcia Cisteró
Eduard Farelo
Xavier Ricart
Ernest Villegas
Carles Martínez
Àlex Lópezs
Enric Auquer

Conférence vidéo
Andrew Tarbet, Babou Cham, Shang Ye i Walter Camertone, Susana Huertas, Anna Kaczmarska, Paula Miranda – Polin, Oriol Petitpierre, Maria José Rodríguez, Ed Tati

Voix off
Laia Battestini, Anna Castells, Pol Corredoira, Cloe Cortina, Marta Figueras, Kamiran Haj Mahmud, Àlex López, Marta Marco, Alfons Nieto, Pau Poch, Clara Segura, Maja Stibilj i Montse Vellvehí

Éclairage 
David Bofarull (aai)
Costume 
Berta Riera
Conception sonore 
Damien Bazin
Conception audiovisuelle 
Cisco Isern
Caractérisation
Ángels Salinas
Assistant réalisateur 
Montse Tixé
Collaborateurs audiovisuels 
Beatriz Garcia, Albert Prats, Aymar Del Amo
Vidéo Skype 
Eladi Sánchez et Oriol Puig
Stagiaires ESTAE 
Eusebi Romero, Maria Garcia et Joan Boné
Entraîneur 
Guillem Gelabert
Conseiller 
Marc Serra
Tâches techniques 
Cesc Pastor et Guillem Rodríguez
Photographie 
Bito Cels et Marina Raurell
Conception graphique 
Oriol Broggi et Pau Masaló

Une production de La Perla 29

Galeria imatges secundària (slide)
VIDÉO
Notes sur la création

Quand tu commences à comprendre Cels, il est peut-être déjà trop tard. C'est ce qui me vient à l'esprit lorsque j'essaie d'écrire quelque chose à ce sujet.

Le sentiment de ne pas comprendre pleinement la force qui se cache dans une œuvre comme Cels te hante pendant le montage, la préparation du projet. La sensation de ne pas pouvoir prévoir le poids et l'effet des mots quand ils sont enfin prononcés. La peur de ne pas avoir su anticiper la force que tout ce que tu prépares peut avoir sur l'acteur, sur toi-même, finalement sur le spectateur, le jour où quelques éléments se conjuguent.

Cels est une autre grande œuvre de Mouawad que nous avons la chance de pouvoir répéter, de représenter. Elle parle de tant de choses cachées sous une intrigue palpitante, angoissante et surprenante que tu ne peux pas toutes les saisir d'un coup. Face au texte, tu te sens petit. Face à des personnages coupables de quelque chose qui te fait frémir. Il m'est souvent arrivé de ne pas comprendre pourquoi l'auteur conjugait ces mots à ce moment-là. Et il m'est aussi arrivé de le comprendre au milieu d'une répétition. À l'instant inattendu d'avoir théâtralement formé un regard, une pause, un ton de voix.

Les personnages vivent devant toi l'épreuve de découvrir les parties les plus sombres de leur propre identité : ce que nous sommes, au plus profond. Et ils le font tout en cherchant l'identité d'un nom. Tout en enquêtant sur qui est l'autre. Ils rencontrent qui ils sont, et cela se passe devant nous, brut et cruel. Et c'est extraordinaire.

Le texte est de la poésie. Et c'est de la philosophie. Et c'est aussi de la pure théâtralité - dans le sens de savoir tisser, tramer, organiser des actes à la fois réels et fictifs. Et nous avons le privilège d'être proches de cela. Et pour les spectateurs qui le voient, vous pourriez ne pas l'aimer, mais cela vous fera vous sentir vivant, intelligent et libre. Peut-être triste ou peut-être heureux, mais vivant.

Un chant à la vie comme peu peuvent la vivre.

Oriol Broggi

CALENDRIER

Disponibilité

La haute
Moyenne
Faible
Derniers billets
Solder
Mercredi
18
jun. 2014
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé
Dimanche
27
jul. 2014
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé