Adiós a la infancia, una aventi de Marsé

D'après des textes de Juan Marsé, mise en scène de Oriol Broggi

Endroit
Teatre Lliure
Données
Du me 11.12.13 au sa 04.01.14
Durée
2h

Une histoire pleine de petites histoires, avec une idée qui les traverse : l'adieu à l'enfance et la réalisation de la tromperie que produisent les rêves.

Synopsis

Il est quatre heures du matin. Ringo, un garçon de 15 ans, a été laissé seul, enfermé dans la salle de danse de la coopérative "La Lleialtat", écrivant sur son carnet. Soudain, un homme au visage effrayant apparaît qui semble vivant et se cache dans un abri. Cette nuit-là, il a dû sortir pour chercher de la nourriture et il a rencontré le garçon...

De cette rencontre et sous le regard de l'adolescent Ringo, un réseau de personnages et de situations défile avec la Barcelone d'après-guerre en toile de fond ; Capitaine Blay, Betivú, Pèl-roja, Inspecteur Galván, M. Conrado, Java, Palau, Marc, Aurore, Susana, Mme Mir... Et à leurs côtés les thèmes récurrents dans les romans de Marsé : la figure absente du père , le cinéma comme sublimation de la misère, la brutalité du pouvoir franquiste, la mémoire escroquée, la défaite, l'érotisme mêlé de sordide...

Les efforts de Ringo pour s'évader des rues grises d'une ville où l'avenir semble improbable sont menés aux côtés de ses amis, racontant des aventures, nourrissant leurs rêves dans les cinémas de quartier, ou écrivant dans son carnet.

Équipe artistique

Basé sur des textes
Juan Marsé
Mise en scène
Oriol Broggi
Dramaturgie 
Pau Miró
Sélection de textes
d' Andreu Jaume

et sous la direction de Juan Marsé

Avec
Jordi Figueras
Oriol Guinart
Mar del Hoyo
Xicu Masó
Jordi Oriol
Carles Pedragosa
Alícia Pérez
Xavier Ricart
Marc Serra
Jaume Sisa

Musique
Jaume Sisa
Scénographe 
Sebastià Brosa
Lumières 
Guillem Gelabert
Costume 
Berta Riera
Son 
Roc Mateu
Assistant réalisateur 
Marc Artigau
Assistant scénographie 
Jorge Salcedo
Assistance à la gestion informatique
Begoña Moral

Une coproduction de La Perla 29 et Teatre Lliure

Galeria imatges secundària (slide)
Notes sur la création

Il n'est pas toujours facile de définir de quoi il est question ou, plutôt, de ce que l'on veut dire lorsqu'on lance un projet. Peut-être, avec un peu de chance, cela devient-il plus clair au fil du processus ; parfois, il est à peine possible de l'expliquer pendant les représentations. Je pense qu'il est important d'avoir de bonnes idées au début pour rassembler des éléments qui peuvent nous emmener loin, tout comme il est important de faire confiance à cette force souterraine qui vous propulse souvent, qui met les choses à leur place, là où elles semblent justes. Peut-être en a-t-il été ainsi dans cette curieuse intersection de rues où nous nous sommes retrouvés : La Perla 29 et le Teatre Lliure, Marsé et Sisa, Pau Miró et moi-même, le reste de l'équipe et, surtout, les acteurs... oh, bienvenue, entrez, entrez !

Notre histoire concerne des hommes de "fer, forgés dans tant de batailles, rêvant comme des enfants..." Notre histoire, donc, si nous retirons le fer et les batailles pour les plus jeunes, concerne des personnes qui, de leur souffrance, trouvent du réconfort et un chemin dans le récit. Ils peuvent s'élever au-dessus de leur misère s'ils trouvent un moyen d'avancer parce qu'ils regardent différemment et disent des choses comme : "Les rêves de jeunesse se corrompent dans la bouche des adultes" ou "J'ai commencé à pleurer comme un enfant, mais en fumant un cigare, et mon fils accroché à mes jambes et pleurant en me voyant pleurer. Et savez-vous ce que je lui ai dit ? La même chose que vous dites maintenant, que cette merde n'allait pas durer - et il me semble que nous avons de nombreuses, nombreuses années devant nous" ou "Tout cela s'est passé il y a de nombreuses années, lorsque la ville était moins plausible qu'elle ne l'est maintenant, mais plus réelle" ou "plus on vieillit et plus on devient décrépit, moins on a envie de juger quelqu'un. Je dis cela parce que je crois que Dieu, qui doit être beaucoup plus vieux et plus décrépit que moi, quand il me recevra là-haut, ne me jugera pas. Il dira : Entre, Blay, et installez-vous confortablement."

C'est un honneur de travailler avec Juan Marsé et Jaume Sisa ; avec eux et leurs matériaux, avec tout ce qu'ils ont inventé. Nous avons pu les connaître et jouer avec leurs créatures. "Le long de chemins sablonneux, recherchez le paysage que vous aimez le plus pour marcher. Accroupi dans l'herbe, regardez le ciel argenté, votre visage illuminé étincelant." Comme l'Enfant qui grandit pendant la représentation, qui découvre, sait, apprend, nous sommes déjà des enfants pris au piège dans leurs mondes. Et nous sommes heureux de l'être. Et nous réalisons que... il ne manque que vous !

Oriol Broggi

CALENDRIER

Disponibilité

La haute
Moyenne
Faible
Derniers billets
Solder
Mercredi
11
déc. 2013
Teatre Lliure  Évenement Passé
Évenement Passé
Samedi
04
jan. 2014
Teatre Lliure  Évenement Passé
Évenement Passé