L’home de la flor a la boca

Données
Du je 27.03.08 au di 27.04.08
Durée
1h 15min

"Décès! Et ne rien savoir d'autre. Sortez de ce rêve. Et pourtant, c'est effrayant de mourir".

Ce sont les premiers mots que Luigi Pirandello écrivit au crayon dans son Carnet lorsqu'il arriva à Bonn en tant que jeune étudiant en philologie romane, vers 1890, fasciné par la philosophie allemande.

Synopsis

Dans l'œuvre extraordinairement large et riche que Pirandello a développée à partir de ce moment et tout au long de sa vie, la mort devient un motif central et constant, le contrepoids qui mesure toutes choses dans la balance de l'âme. Au théâtre, dans le récit et dans l'essai, la pensée de l'auteur sicilien, sombre et magmatique, est toujours illuminée par une conscience lucide de la mort, qui le relie directement à une force de vie imparable, à un désir de vie débridé, pour la beauté, pour l'intensité. Ce paradoxe est au cœur de L'home de la flor a la boca , une pièce théâtrale nocturne qui est née comme un conte et que nous vous proposons accompagnée d'un autre récit, Un dia , où le parcours de la vie s'accomplit dans le parcours d'un jour.

Équipe artistique

Texte 
Luigi Pirandello
Traduction et dramaturgie 
Carlota Subirós
Mise en scène et espace scénique 
Carlota Subirós

Avec
Lluís Soler
Jordi Oriol
Elena Alonso

Eclairage 
Mingo Albir
Espace sonore 
Sila
Chorégraphie 
Elena Alonso et Carlota Subirós
Costume 
M. Rafa Serra
Conception des costumes 
Marta Pelegrina
Presse et promotion 
Première page
Production exécutive 
Míriam Alagarda et Blanca Arderiu
Direction de production 
Bet Orfila

Une production de La Perla 29

Galeria imatges secundària (slide)
Notes sur la création
 

"L'amour, c'est mourir chaque jour. L'amour n'est pas la mémoire, pas la pensée. L'amour n'est pas quelque chose qui dure continuellement dans le temps. À travers l'observation, il faut mourir continuellement dans toutes choses. Alors l'amour se produit ; et avec l'amour apparaît la création."

Ce sont des paroles du maître indien Jiddu Krishnamurti. En elles, je ressens le battement du flot précipité que Pirandello découvre sous les formes et les masques avec lesquels nous essayons de contenir le désir de vivre. Le jeune homme, le vieil homme, la femme. Le secret essentiel de cette fleur dans la bouche.

Carlota Subirós Bosch

CALENDRIER

Disponibilité

La haute
Moyenne
Faible
Derniers billets
Solder
Jeudi
27
mar. 2008
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé
Dimanche
27
avr. 2008
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé