Només la fi del món

Données
Du ma 11.02.20 au je 12.03.20
Durée
1h 50min

"Face à un danger extrême, imperceptiblement, en prenant soin de ne pas faire un bruit ou un geste trop violent qui réveillerait l'ennemi et vous détruirait immédiatement"

Synopsis

Après douze ans d'absence, un écrivain revient dans sa ville natale pour annoncer à sa famille qu'il est en train de mourir. Alors que le ressentiment réécrit le cours de l'après-midi, des conflits éclatent alimentés par le doute et la solitude.
Peu connu du succès de son vivant, Jean-Luc Lagarce (1957-1995) est aujourd'hui l'un des dramaturges français contemporains les plus appréciés. Tout au long de sa vie, il a publié 25 pièces très appréciées par la critique. Seule la fin du monde est écrite en 1990, Lagarce lui-même vit à cette époque l'annonce de sa propre mort à l'âge de trente-quatre ans. En 2008, la Comédie-Française a ajouté l'œuvre à son répertoire. Il a remporté le Molière 2008 du meilleur spectacle dans un théâtre national.

Équipe artistique

Texte
Jean-Luc Lagarce
Réalisé par
Oriol Broggi
Traduction de
Ramon Vila
Assistant réalisateur
Albert Révérend

Avec
Muntsa Alcañíz
Clàudia Benito
Màrcia Cisteró
Sergi Torrecilla
David Vert

Éclairage
Pep Bracons
Réalisation des costumes
Marta Pell
Soutien audiovisuel
Francesc Isern
Soutien audio
Damien Bazin
Remerciements spéciaux à Marta Filella
Régisseurs
Raúl Gallegos et Marc Serra
Techniciens des fonctions
Roger Blasco, Juan Boné et Aleix Martín
Conception graphique
Carla Vilaró Photographie Bito Cels
Accueil du public
Marta Cros, Ailin Migliora et Núria Ubiergo

 

Remerciements à Toni Pujals et Adrián Rodríguez
Une production de La Perla 29

Galeria imatges secundària (slide)
VIDÉO
Notes sur la création

Rentrer à la maison

Un jour, j'en suis sûr, nous regarderons en arrière et nous nous souviendrons de ces jours de répétition de "Només la fi del món". C'est, ça a été, quand nous l'avons lu et aussi maintenant, une sorte de retrouvailles avec une poétique que nous ne connaissions pas, mais qui était en quelque sorte en nous. Cela nous est arrivé. Un auteur que nous n'avions pas travaillé - je ne sais pas pourquoi Lagarce est si peu connu ici, dans notre pays. Un texte avec une poétique nouvelle pour moi. Une nouvelle façon de nous mettre en scène.

Louis, se plante devant nous et commence. Ce ne sont que quelques instants qui séparent, pour toujours, la réalité de la fiction. Il se tient devant nous et commence à parler. Juste parler. Il nous conduit en un lieu spécial en quelques secondes. Venu de nulle part, un jeune - car il est encore très jeune à ses trente-quatre ans - nous regarde et nous explique. Il nous dit la douleur qu'il porte cachée en lui. Son expérience est profonde et grande.

L'œuvre me semble, m'a semblé, me semble maintenant et m'a semblé en la lisant pour la première fois, d'une vraisemblance incroyable. Je ne pouvais pas croire qu'ils parlaient si profondément de moi sans dire un seul mot de moi.

Comme une centrifugation immense qui commence et ne sait plus s'arrêter. Toutes sortes de phrases d'autres œuvres pourraient être présentes dans celle-ci. Et c'est vrai, quand nous voyons quelqu'un pour la dernière fois, nous ne savons pas toujours que ce sera la dernière. Cette phrase de "Cels" et de "Boscos", qui me fait pleurer, pourrait résumer "Només la fi del món".

Lagarce ne permet pas de résumé facile. Il est improbable de trouver une réduction acceptable. Et pourtant, ou justement à cause de cela, tout explose en lui. Très loin. Et l'onde de choc est dévastatrice. Mais peut-être que cette malheureuse histoire, telle qu'elle est racontée, vécue par chacun des personnages, peut vous apporter un bien étrange. La peur. La peur de ne pas être assez aimé. La peur de ne pas aimer assez. La vie même. La peur de l'expliquer, de la vivre en famille.

Une famille. Un amour qui n'est pas complet. Une peine infinie. La figure du grand frère coud et recoud les blessures. Et chacun a sa douleur liée à son rôle. Nous pouvons les briser et les lancer en l'air, mais nous devrons savoir comment le faire et savoir comment recoudre les blessures.

Oriol Broggi

CALENDRIER

Disponibilité

La haute
Moyenne
Faible
Derniers billets
Solder
Mardi
11
fév. 2020
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé
Jeudi
12
mar. 2020
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé