Traduccions/Translations

De Brian Friel, mise en scène de Ferran Utzet

Données
Du me 29.01.14 au ve 14.03.14
Durée
2h 50min
Synopsis

L'action de Translations se déroule dans le village imaginaire de Baile Beag (dans le comté de Donegal, au nord-ouest de l'Irlande) en 1833. À cette époque, l'Irlande fait encore partie du Royaume-Uni, et la pièce décrit l'arrivée dans le village d'un détachement de géographes militaires chargés de donner des noms anglais aux toponymes irlandais. Par exemple, Baile Beag deviendra Ballybeg, et Druim Dubh se transformera en Drumduff.

Cette mission, déguisée en simple opération administrative, fait en réalité partie d'une stratégie plus large de l'Empire britannique : éradiquer l'irlandais de la vie publique. Cette stratégie se manifeste également dans la construction d'une école nationale entièrement gratuite dans le village, où, bien sûr, l'irlandais ne sera pas enseigné.

Les personnages, les enseignants et les élèves d'une école rurale et autogérée qui garantissait l'apprentissage non seulement de l'irlandais mais aussi du grec, des mathématiques et du latin, affronteront ce phénomène de "renommage" avec des attitudes allant de l'acceptation pacifique à l'indignation. Tout se complique avec l'histoire d'amour entre Maura Chatach, une élève de l'école, et le lieutenant Yolland, le cartographe responsable de l'opération.

Équipe artistique

Texte 
Brian Friel
Traduction 
Joan Sellent
Mise en scène
Ferran Utzet

Avec
Enric Auquer
Jenny Beacraft
Ivan Benet
Òscar Intente
Montse Morillo
Albert Prat
Júlia Truyol
David Vert
Ramon Vila

Assistante mise en scène et travail du texte 
Joan Yago
Lumières 
Guillem Gelabert
Costume 
Annita Ribera
Scénographie 
Maura Nylon
Espace sonore 
Damien Bazin
Projections 
Francesc Isern
Menuiserie 
Pau Giménez
Calligraphie / Cartographie 
Ariadna Veas
Dictionnaire irlandais 
Diarmuid Magourty
Conception des costumes 
Irene Fernández
Tâches techniques 
Guillem Gelabert / Cesc Pastor
Conseiller 
Marc Serra / Anna Cuscó
Attention au public
Lídia Figueras et Jana Montllor
Photographie 
Bito Cels et Marina Raurell
Conception graphique 
Júlia Torres

Une production de La Perla 29

Galeria imatges secundària (slide)
VIDÉO
Notes sur la création

Je me souviens, il y a de nombreuses années, du jour où ils ont parlé de Casablanca dans Qué grande es el cine. L'un de ces chroniqueurs qui fumait et parlait de cinéma avec passion et connaissance a expliqué que Casablanca est un film qui n'a pas de genre : il y a de l'amour, de l'intrigue, de la politique, des aventures, de l'humour. Il est impossible de dire de quoi il s'agit, car il traite de tout.

Dire de quoi traite Translations est également très difficile car cela traite également de tout. Il essaie de répondre à la substitution inexplicable du gaélique par l'anglais dans l'histoire récente de l'Irlande. Il réfléchit sur le rôle et la valeur de l'éducation. Il enquête sur la destruction du monde rural - sauvage, pur et cultivé - pour faire place à l'efficacité - aseptique, monolingue et commerciale - de l'empire. Il nous raconte l'impossible histoire d'amour entre un colonisateur et une colonisée. Il aborde avec subtilité et autorité la relation entre la langue, l'identité et le paysage. Et peut-être surtout, il explique comment les membres d'une communauté affrontent les grands changements. C'est là, peut-être, la plus grande grandeur de Translations : sans paternalisme et sans prendre parti, il nous raconte comment les gens vivent les moments décisifs avec une profonde empathie et une énorme humanité.

Il est difficile de comprendre pourquoi en Catalogne une pièce qui nous parle si directement, nous les Catalans, n'avait pas encore été montée ; peut-être que la pièce attendait un moment d'intensité politique et d'agitation comme celui que nous vivons pour être représentée. Je ne sais pas. Parce qu'en réalité, Translations n'essaie pas de convaincre de quoi que ce soit et laisse plus de questions que de réponses en suspens. Quoi qu'il en soit, c'est un honneur et une fierté de l'avoir dirigée avec la complicité et le dévouement de l'équipe formidable d'acteurs qui la représentent ; j'espère que vous prendrez autant de plaisir à la regarder que nous en avons eu à la préparer.

Ferran Utzet

CALENDRIER

Disponibilité

La haute
Moyenne
Faible
Derniers billets
Solder
Mercredi
29
jan. 2014
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé
Vendredi
14
mar. 2014
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé