Canto jo i la muntanya balla

D'après le roman d'Irene Solà

Données
Du ma 16.02.21 au di 02.05.21
Durée
2h

Guillem Albà et Joan Arqué présentent la version théâtrale du livre à succès d'Irene Solà. Une pièce de Clàudia Cedó avec une musique de Judit Neddermann, qui accompagne ce texte magique dans un spectacle où l'on peut voir un hybride de théâtre gestuel, de texte et de musique live au Teatre La Biblioteca.

Synopsis

Dans Canto jo i la muntanya dansent des femmes et des hommes, des fantômes et des femmes de l'eau, des nuages et des champignons, des chiens et des chevreuils qui vivent entre Camprodon et Prats de Molló prennent la parole. Une zone frontalière de haute montagne qui, au-delà de la légende, garde le souvenir de siècles de lutte pour la survie, de persécutions guidées par l'ignorance et le fanatisme, de guerres fratricides, mais qui incarne aussi une beauté qui ne saurait être qu'il a besoin de beaucoup d'adjectifs. Une terre fertile pour laisser aller l'imagination et la pensée, l'envie de parler et de raconter des histoires. Un endroit, peut-être, pour recommencer; un lieu de rédemption.

Il y a d'abord l'orage et la foudre et la mort de Domènec, le paysan poète. Ensuite, Dolceta, qui n'arrête pas de rire en racontant les histoires des quatre femmes pendues par des sorcières. La Sió, que Mia et Hilari doivent gravir seules là-haut à Matavaques. Et les trompettes de la mort qui, avec leurs chapeaux noirs et appétissants, annoncent l'immuabilité du cycle de la vie.

Équipe artistique

D'après le roman
Irene Solà
Dramaturgie
Clàudia Cedó
Réalisé par
Guillem Alba et Joan Arqué
Composition musicale
Judit Neddermann

Avec
Laura Aubert
Mia Esteve
Diego Lorca

Ireneu Tranis
Caterina Tugores
y Marina Tomàs a la guitare.

Lumières
Sylvia Kuchinow
Je m'appelle
Joan Gorro
Scénographie
Alfred Casas et Laura Clos 'Closca'
Conception des costumes
Nídia Tusal
Assistante à la réalisation
Maria Salarich
Construction de décors
Brava Performing Arts, théâtre L'estaquirot et Alfred Casas
Conseil linguistique
Carla Ferrerós
Caractérisation
Àngels Salinas
Photographie
Sílvia Poch
Affiche design
Pau Masaló
Conseillers
Marta Garolera et Marc Serra
Techniciens
Roger Blasco, Sílvia Valls et Arnau Planchart
Fonction publique
Marta Cros et Núria Ubiergo
Merci Sey Sisters, Editorial Anagrama, Fondation La Plana, Anna Sahun et Amaia Miranda

Remerciements à Sey Sisters, Editorial Anagrama, Fondation La Plana, Anna Sahun et Amaia Miranda
Une production de La Perla 29

Galeria imatges secundària (slide)
VIDÉO
Notes sur la création

Traduire un roman au théâtre est toujours un défi majeur car, d'une certaine manière, il est d'en faire une traduction, une autre peut-être la plus large possible. Dans cette réinterprétation, tous les sens jouent, ou peut-être vaut-il mieux dire : tous les sentiments, toutes les translations possibles. Les langages, les signes, les conventions et tous les supports qui nous passent à la tête deviennent des banques de preuve prêtes à saisir ce qui nous paraît le plus important: L'âme. Savoir transporter cette âme dans l'espace théâtral, le corpus imperceptible du roman, son essence. L'Animation qui habite dans toutes les formes d'art possibles.
Cette âme nous demande de pouvoir entendre, connaître, rechercher toutes les résonances, harmonies et atmosphères qui la composent. Tous les espaces naturels, visuels et sonores, avec un long évolutif qui y habitent.
Je chante moi-même et la montagne danse, elle résonne dans les géographies de nos souvenirs et de nos vécus, qu'elles soient les plus présentes comme les plus inconscientes et cachées. Ce sont des souvenirs qui viennent de loin, au-delà de notre raison. Son souvenir atavique nous lie (encore) à l'ordre naturel qui commande toutes les choses.
Un lien ancestral où notre existence n'est guère plus importante que celle d'un grain de sable, d'une goutte d'eau, d'un chic d'air, d'une lame de chêne ou de tout autre animal vivant dans la constellation cruelle, sage et naturelle de la Montagne.
Ce fait naturel, mais aussi social et culturel, rempli de tant de vérités que d'éléments et de superstitions y cohabitent, conduit à ce que les lois qui gouvernent nos personnages aillent au-delà de toute mesure humaine. Il y a des lois où tout et tout le monde sont égaux. Générant ainsi l'étrange équilibre qui permet toute vie et toute mort.Tel est notre défi, notre chant, notre Montagne.

Guillem Albà et Joan Arqué

CALENDRIER

Disponibilité

La haute
Moyenne
Faible
Derniers billets
Solder
Mardi
16
fév. 2021
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé
Dimanche
02
mai. 2021
Teatre La Biblioteca  Évenement Passé
Évenement Passé